page

Quand bardage rime avec avantages

Intéressante à de nombreux points de vue, la pose d'un bardage permet à la fois de rajeunir une façade et d'améliorer l'enveloppe d'un bâtiment. Et ce n'est pas tout...

Une intervention sans contrainte

  • Un bardage est un "chantier sec", ne nécessitant pas d'eau et donc pas de délai de séchage.
  • Il permet de rajeunir considérablement un bâtiment vieillissant ou d'accorder une touche moderne à une construction neuve.
  • Il ne présente aucune contrainte quant au bâtiment d'origine et peut être posé sur toutes constructions : ossatures bois, bien sûr, mais aussi bâtiment en pierres, béton, briques...
  • Garanti, en moyenne, dix ans (avec finition), c'est une solution de long terme.

Améliorer l'isolation

Le bois et ses dérivés sont des matériaux naturellement isolants.

Un bardage, associé à un isolant extérieur permet d'améliorer notablement l'isolation thermique et de satisfaire aux exigences actuelles. Il permet également de masquer efficacement les fissures et d'éliminer les ponts thermiques qui peuvent entraîner d'importantes pertes énergétiques.

Enfin, il améliore l'isolation phonique d'un bâtiment.

page

Comment bien choisir son bardage ?

Enault-Habitat vous conseille en amont de votre projet: Les bardages sont loin d'être uniformes : essences, matériaux, taille des lames sont autant de critères qu'il va falloir comparer à la lumière de vos besoins.

Les essences

Elles doivent prouver d'une réelle durabilité (naturelle ou après traitement) afin de résister aux intempéries et diverses sollicitations liées à leur rôle.

L'essence doit correspondre à la classe de risque 3 : supportant un taux d'humidité fréquemment supérieur à 20 %.

Des bois légers et résistants :

  • épicéa, red cedar, pin douglas, pin maritime, peuplier, mélèze, châtaigner.
Choix de l'isolation
Derrière le bardage se cache tout notre savoir faire pour vous offrir la solution la mieux adaptée pour une isolation sans souci de votre habitation.
Les matériaux

Lames en bois massif : des essences, résineuses le plus souvent, légères et résistantes.

Lames composites : des fibres de bois amalgamées à l'aide de résines, cires ou même ciment.

Lames en contreplaqué ou en lamellé-collé : composées, pour les premières, de feuilles de bois collé de manière perpendiculaires et, pour les secondes, de lamelles superposées à fil parallèle.

Les lames à bardage

Leurs dimensions varient selon les fabricants, mais l'épaisseur minimale recommandée est de 15 mm et peut aller jusqu'à 18 mm.

Cette épaisseur est fonction de l'entraxe des tasseaux supportant les lames (de 40 à 65 cm).
La largeur exposée est règlementée (NF P 65-210-1 en cours d'harmonisation) : elle est proportionnelle (7,5 fois) à l'épaisseur de la lame.

Secrets de pose
Pour éviter toute rétention d'humidité, un bardage doit être ventilé : ménager une lame d'air derrière le bardage est indispensable. L'épaisseur minimum de la lame d'air doit être en tout point de 10 mm et les ventilations haute et basse de 50 cm² par mètre linéaire de bardage.
Styles de pose
  • A l'américaine : la pose horizontale est la plus répandue ; elle donne l'illusion, grâce aux lignes de fuite, que la maison est plus grande.
  • A la scandinave : la pose verticale est la plus traditionnelle ; elle offre au bâtiment une allure élancée mais nécessite de chanfreiner les bas des lames en biseau pour faciliter l'évacuation des eaux de pluie.
  • La pose en oblique : la plus élégante ; elle requiert une grande habileté de la part du poseur et surtout une grande attention afin que les découpes n'engendrent pas une faiblesse : le bois doit rester protégé.
Traitement et entretien

Naturellement argenté ou originalement coloré, traité en usine, pré-peint... les possibilités de traitements et de finitions abondent pour s'adapter aux besoins des bois et aux goûts de tous.

Traitements de faveurs

  • Un traitement, contrairement à une finition (esthétique), a pour but de protéger le bois de diverses attaques (champignons ou insectes), à la manière d'un vaccin.
  • Les traitements dépendront de la durabilité de l'essence choisie et des risques encourus.
  • Les bois peuvent être traités en autoclavemodifiés thermiquement,imprégnés d'huiles ou même laissés bruts... du moment qu'ils atteignent la classe de risque désirée (3, en général).

Les couleurs du bois

Naturellement, un bois non protégé réagit sous l'effet du soleil (comme notre peau) et secolore d'une élégante teinte argentée, que l'on peut très bien décider de conserver ainsi. Si l'on souhaite éviter le phénomène de grisaillement, on peut recouvrir le bardage d'unepeinture à bois (opaque) ou d'une lasure (translucide) qui le protègera des rayons UV.

Plus une finition est opaque, moins elle laisse passer les rayons du soleil et moins ces derniers altèreront sa couleur.

On trouve désormais une large gamme de couleurs pour teinter un bardage ; on trouve également des lames pré-peintes, qui offrent un gain de temps et de qualité.

Les peintures opaques exigent un entretien moins fréquent que les lasures (certaines peintures sont garanties jusqu'à 15 ou 20 ans). Mais, si elles s'écaillent, un décapage est nécessaire.

 

Avez vous pensez aux panneaux de bois ?

Une autre technique plus implantée dans le milieu industriel mais qui fait aussi son chemin au près des particuliers.

* source documentaire bois.com